Bulletin des Amis du parc national des Îles-de-Boucherville NOVEMBRE 2015

Télécharger ce bulletin en PDF

                                                                                                                                                NUMÉRO 8

LOGO-APNIB-RGB-emptyBACK-vector

 Bulletin des Amis
du parc national des Îles-de-Boucherville

 

NOVEMBRE 2015

 

Journée des parcs

Les Amis ont participé à la Journée des parcs le 12 septembre 2015. La Direction du parc avait de nouveau mis à notre disposition un kiosque pour nous permettre de recevoir les visiteurs et les entretenir sur notre mission.

DSC_7854-ile-de-boucherville-journee-des-parcs-2015-amis-du-parc

Pas de chance encore cette année, la pluie était au rendez-vous comme en 2014. Cependant, notre kiosque illustré de nombreuses photos d’oiseaux de notre photographe Steve Troletti a suscité de l’intérêt.

Chronique d’histoire : Patrimoine agricole monnayé avant l’avènement du parc

Toutes les terres agricoles sur le territoire du parc national des îles de Boucherville n’appartiennent plus aux cultivateurs depuis les années 1950.  En effet, le registre foncier du Québec montre que  tous les agriculteurs avaient, sans aucune exception, vendu leurs terres à des constructeurs et promoteurs immobiliers durant la décennie précédant la construction du Pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine, ouvert à la circulation en 1967.  La réalisation de l’autoroute 20 et des infrastructures pour traverser le fleuve allaient donner un accès privilégié aux îles de Boucherville, permettant d’anticiper un développement urbain important, sans doute à l’image actuelle de l’île des Sœurs.

Tous les cultivateurs des îles avaient donc accepté de sacrifier le patrimoine agricole il y a  plus de soixante (60) ans. Ainsi,  selon le registre foncier du Québec, les Viau (1954), Huet (1956), A. Savaria (1956),  Van Vliet (1957),  Muylaert (1959),  Van Leeven (1958), et autres  ont tous vendu leurs terres des îles de Boucherville, qui aux Entreprises Boucherville Inc., LD constructeur, Jado Construction, Vendôme Placements etc.…

Le gouvernement du Québec a fait l’acquisition des îles de Boucherville entre 1973 et 1976 et un parc de récréation a été créé officiellement en 1984 après avoir été ouvert au public dès 1980. Le gouvernement a  acheté les terres uniquement des  promoteurs  qui envisageaient d’y créer un développement urbain après la construction du Pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine, puisqu’il n’y avait plus aucun cultivateur propriétaire.  Le tableau suivant présente la liste des derniers propriétaires de tous les lots des terres sur les iles de Boucherville,  inscrits au plan du cadastre officiel de la paroisse de Sainte-Famille de Boucherville, Comté de Chambly.

Iles de Boucherville – Liste des derniers propriétaires avant l’expropriation par le gouvernement du Québec en 1973
Ile Numéro de lot Date d’achat Nom Fonction / profession
Ile Grosbois 299 22-05-1956 Vendôme Placements Ltée et LEMRAC Placements Ltée de Montréal Société d’investissement
Ile Grosbois 300 07-10-1958 Edward Trestan  de Montréal Manufacturier
Ile Grosbois 301 03-11-1961 Fermes Miron Farms Inc, Montréal Industriel
Ile Grosbois 302 13-05-1964 Groupe Dubord, Ville Mont-Royal Constructeur
Ile Grosbois 303 30-10-1969 Succession de M Préfontaine , Montréal Marchand
Ile Grosbois 304 07-06-1950 Montreal Pipe Line Company Limited, Montréal-Est Société d’oléoduc
Ile De la Commune 305, 306, 307, 308, 309 et 310 10-09-1956 Boucherville Entreprises Inc, de Montréal Entreprise de construction
Ile De la Commune P311 1962-1963 Groupe Dubord Ville Mont-Royal, Fermes Miron Constructeur et industriel
Ile De la Commune P312 3-11-1961 Fermes Miron Farms Inc Industriel
Ile De la Commune 313 et 314 19-06-1956 Boucherville Entreprises Inc, Montréal Entreprise de construction
Ile à Pinard 315, 316, 317 24-03-1964 Boucherville Entreprises Inc, de Montréal. Entreprise de construction
Ile St-Jean et St-Pierre 318, 319 19-06-1956 Boucherville Entreprises Inc, de Montréal. Entreprise de construction
Ile Ste-Marguerite 320 21-05-1954 R. Lafleur et M-M. Lafleur de Montréal (R Lafleur était président de Boucherville Entreprises Inc) Entreprise de construction
Ile Ste-Marguerite P321 03-05-1956 Boucherville Entreprises Inc, Montréal Entreprise de construction
Ile Ste-Marguerite P322 03-04-1964 Les Entreprises Boucherville Ltée, Montréal Entreprise de construction

Nuisances estivales dans le chenal Grande Rivière

La particularité des îles de Boucherville c’est qu’elles sont traversées de voies d’eau navigables, ce qui leur a valu, d’ailleurs, le nom de « ÎLES PERCÉES ».

bateaux1Ces voies d’eau sont très invitantes et remplies d’intérêts pour les adeptes de la navigation de plaisance. Certains de ces plaisanciers choisissent de s’y promener en kayak ou en canoë, ou de s’y ancrer en bateau moteur dans le but d’admirer les paysages. Ces beautés naturelles suscitent l’admiration des nombreux visiteurs amoureux de tranquillité et de paix.

Toutefois, depuis quelques temps, les choses se gâtent rapidement. Nous sommes en présence de groupes de plaisanciers qui, sans aucune civilité, s’ancrent plusieurs à l’épaule, dans ces magnifiques canaux non pas pour retrouver la paix mais pour « faire le party ». L’alcool coule, les bruits fusent ainsi que la musique à tue-tête. Ces plaisanciers malveillants, lorsqu’ils ne sont pas ancrés, naviguent à une vitesse excessive, causant ainsi des vagues qui,  à la longue, érodent les berges délogeant ainsi la faune ailée nichée dans les herbes sans compter les poissons qui y fraient. De plus, le sillage de leur embarcation dérange et fait chavirer les petites embarcations causant du désagrément parfois même la perte de leur matériel qui se retrouve à l’eau. Les partisans du kayak et du canot, au lieu d’admirer la nature et de voguer en toute tranquillité, sont aux aguets pour se faufiler parmi les gros bateaux en nombre impressionnant.

ALLONS-NOUS ATTENDRE UNE TRAGÉDIE AVANT D’AGIR.

bateaux2Les Amis du parc (APNIB) et la SÉPAQ (direction du parc) se sont réunis le 16 novembre pour discuter des pistes de solutions qui seront explorées et, s’il y a lieu, mises en vigueur.  On nous apprend qu’une lettre signée par plusieurs organisations nautiques, marinas ainsi que par la Société des établissements de plein air du Québec, a déjà été envoyée, en mars 2015, aux maires des villes de Longueuil, Brossard, Boucherville et Saint Lambert leur faisant part de la nécessité et du bienfait de la brigade nautique du service de police de l’agglomération.

bateaux3

L’APNIB demandera à l’Agglomération de Longueuil de trouver, en collaboration avec la brigade nautique des forces policières, une solution viable afin d’émettre des avis par mesure préventive et des constats si nécessaires aux plaisanciers usagers des eaux navigables du parc. La Loi de la marine marchande, à laquelle sont assujettis les plaisanciers, les rend responsables des dommages causés par leur sillage.  Les règlements municipaux interdisent un niveau de bruits excessif.

L’APNIB invite tous les usagers du parc, qu’ils soient sur terre ou sur l’eau, au civisme et au respect de la faune, de la flore et des usagers du parc afin que l’harmonie règne et que l’expérience de la fréquentation du parc soit de la plus grande qualité.

Déversement des eaux usées de la Ville de Montréal

À l’invitation du CRE Montréal, nous avons participé à une rencontre d’organismes préoccupé par le projet de déversement des eaux usées de la Ville de Montréal. Devant le peu d’information précise sur le projet, il a été proposé qu’une lettre soit envoyée à la Ville lui demandant de nous fournir des réponses à des questions spécifiques afin d’être en mesure d’en connaître les impacts sur l’eau du fleuve. Les îles de Boucherville sont situées dans la zone d’impact du déversement.

Onze organismes ont signé cette lettre dont les Amis du parc national des Îles-de-Boucherville. Les autres sont les CRE de Montréal et de la Montérégie, les Comités ZIP Ville-Marie et Jacques-Cartier, la fondation Rivières, Eau Secours, Greenpeace, le Sierra Club, Synergie santé environnement et le Conseil central métropolitain CSN.

La réponse nous est venue, comme à toute la population, dans le communiqué de la Ville, émis la veille de la mise en œuvre du déversement et faisant part des mesures d’atténuation à être appliquées conformément aux conditions fixées par le gouvernement fédéral dans son autorisation du projet.

Accessibilité  au parc par transport collectif

transport-en-commun_edited

Le plan d’action des Amis contient un objectif de voir à l’amélioration de l’accès au parc par transport collectif. Actuellement, la seule offre de transport autre que l’automobile est celle des trois navettes fluviales en saison estivale. Cela est très intéressant, en particulier pour les cyclistes, et permet un contact direct avec le fleuve et le milieu insulaire du parc. Il faut cependant noter que le service comporte des limites d’offre dans la semaine et d’horaire dans la journée. De plus, il y a un coût additionnel non négligeable qui s’ajoute à  celui du droit d’accès au parc.

Il nous apparaît que l’accès au parc serait grandement bonifié pour certaines clientèles ne disposant pas de l’usage d’une voiture (familles à faible revenu, jeunes, personnes âgées) si un service d’autobus était offert, modulé selon les saisons et l’horaire quotidien. Déjà, la ligne 61 du Réseau de transport de Longueuil (RTL) relie la partie nord de Boucherville à Montréal, à la station de métro Radisson, via le Pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine. Dans le passé, il y a déjà eu sur cette ligne un arrêt à l’île Charron dans le temps où l’établissement hôtelier qui s’y trouve était très fréquenté. Le service permettait alors l’accès aux travailleurs de l’hôtel par transport collectif. La direction du parc du temps avait même obtenu de la part de la compagnie de transport d’installer un support à vélo sur les autobus du circuit comme projet pilote durant une saison estivale grâce à une subvention du ministère des Affaires municipales.  Par la suite le service a été interrompu en raison du déclin des activités de l’hôtel et du peu d’usagers.

Nous faisons le pari, qu’avec une promotion bien orchestrée, il y aurait un grand intérêt pour certaines clientèles qui ne visitent pas le parc de le faire si le service d’autobus était disponible. Et pourquoi pas l’intérêt aussi d’un certain nombre visiteurs qui utilisent la voiture faute de ne pouvoir faire autrement. Les Amis ont constitué un petit groupe de travail avec mandat de déterminer les actions à faire dans le but d’amener les autorités municipales des deux rives à agir afin d’offrir un service d’autobus donnant accès au parc. Le directeur général du conseil régional de  l’environnement de la Montérégie, monsieur Vincent Moreau et la directrice générale du conseil de l’environnement de Montréal, madame Coralie Deny, ont accepté l’invitation des Amis à nous appuyer en participant à notre groupe de travail. Ils se joindront à Yves Lamarche et à Jean Hubert, les deux administrateurs du conseil d’administration qui pilotent ce projet du plan d’action. Le groupe sera en action au début de décembre 2015.

Rapport du Vérificateur général du Québec sur les parcs nationaux

Verificateur_general_du_Quebec_editedLe Vérificateur général du Québec a déposé à l’Assemblée nationale, au printemps 2015, le Rapport du Commissaire au développement durable titré « Parcs nationaux et Société des établissements de plein air du Québec ».

Voici quelques résultats de la vérification :

« Les documents d’encadrement du MFFP concernant la conservation du patrimoine naturel des parcs nationaux sont dépassés. La politique sur les parcs nationaux date de 1982 et ne reflète plus vraiment la réalité. De plus, le plan directeur requis pour chaque parc est parfois absent (3 parcs) ou n’a jamais été finalisé (9 parcs). Les plans terminés datent en moyenne de 20 ans et ceux qui n’ont jamais été finalisés, de 23 ans. En outre, le ministère n’a pas poursuivi sa participation au comité consultatif de chacun des parcs. Compte tenu de ces lacunes, il peut difficilement connaître l’état de conservation dans les parcs et s’assurer que leur objectif prioritaire est atteint. »

« La SEPAQ a défini et structuré des actions liées à la conservation du patrimoine naturel dans les parcs qu’elle exploite, mais ces actions pourraient être améliorées. Elle a établi une stratégie de conservation, un plan de conservation pour chacun des parcs et un programme de suivi de l’intégrité écologique. Cependant, elle n’a pas de portrait complet de l’état d’avancement des actions mentionnées dans les plans de conservation. Pour le suivi de l’intégrité écologique, le comité chargé d’étudier la validité et la pertinence des indicateurs n’a pas revu ces questions à la lumière des premiers résultats diffusés en 2014. »

« L’information diffusée sur la conservation du patrimoine naturel dans les parcs nationaux est incomplète. Le ministère ne publie officiellement aucune reddition de comptes relativement à la conservation du patrimoine naturel dans les parcs. Quant à la reddition de comptes de la SEPAQ, elle ne permet pas d’apprécier sa performance en matière de conservation ni de saisir l’ampleur de ce qu’il reste à accomplir dans les parcs. »

Les recommandations du Vérificateur général vont dans le sens d’améliorer la performance du ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs ainsi que de la SÉPAQ.  Il faut dire qu’à l’instar de tous les services gouvernementaux, ces institutions se sont vues réduire leur budget au fil des dernières années et qu’elles ne disposent pas des moyens appropriés et suffisants pour réaliser leur mandat au maximum.  Cependant il nous apparaît  que plusieurs des lacunes mentionnées par le Vérificateur général pourraient être comblées par une volonté de mieux se centrer sur les principes de leur mission. En particulier nous souhaitons que les usagers des parcs soient mieux informés  des actions menées par les gestionnaires de ces territoires et des résultats atteints en rendant plus accessibles l’information de manière publique. Il nous revient aussi, citoyens et usagers du parc, de réclamer du gouvernement  de doter le MFFP et la SÉPAQ des budgets nécessaires à réalisation de leurs missions.

Pour les intéressés à consulter le rapport complet : http://www.vgq.gouv.qc.ca/fr/fr_publications/fr_rapport-annuel/fr_2015-2016-CDD/fr_Rapport2015-2016-CDD-Chap04.pdf

On y était

  • Causeries de Champlain de l’organisme de bassin versant de la rivière Richelieu (COVABAR), 23 septembre 2015
  • Agora métropolitaine 2015 de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM)  sur le Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD), 5 octobre 2015

 

Prendre contact

Vous êtes invités à communiquer avec les Amis, faire des commentaires et des suggestions par courriel à l’adresse suivante : amisparcdesiles@gmail.com ou auprès de Jean Hubert, responsable des communications au 514-374-5946

Vous pouvez consulter les numéros précédents du bulletin sur le site des Amis : www.amisparcdesiles.ca

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.